Avis dramas, Corée, Dramas

[K-drama] – It’s Okay to Not Be Okay est une pépite !

Ma note : 19,5/20

Je ne sais par où commencer cette critique d’un drama qui frôle la perfection. 2020 n’est pas terminée mais It’s Okay To Not Be Okay est sans conteste un des meilleurs dramas de l’année et un des meilleurs que j’ai pu voir tout court.

Je me souviens avoir vu passer le nom de It’s Okay to Not Be Okay sur MyDramlist mais je n’y avais pas prêté attention. Ce sont des images et vidéos des premiers épisodes vues par hasard qui m’ont interpellées. Je me suis décidée à me lancer dans l’aventure sans avoir de grandes attentes. Et pourtant ! Je suis littéralement tombée amoureuse de It’s Okay To Not Be Okay, de son histoire, ses personnages, de tout. Captivée dès les premières secondes ce drama m’a tenu en haleine jusqu’au bout et m’en séparer fut particulièrement difficile.

Diffusé sur la chaîne tvN tout les samedis et dimanches, It’s Okay To Not Be Okay a fait beaucoup parler de lui sur internet et les réseaux sociaux. Rien qu’à voir le nombre de commentaires et d’avis sur MyDramalist on réalise l’ampleur du phénomène. Et tout ça n’est pas uniquement dû au fait que le drama est le premier de Kim Soo Hyun depuis son retour militaire ! It’s Okay To Not Be Okay mérite véritablement qu’on parle de lui, et en bien.

De son titre original, Psycho, But It’s Okay, ce drama est l’oeuvre du réalisateur Park Shin Woo (Encounter, Jealousy Incarnate) et de la scénariste Jo Yong (Jugglers, After The Rain). Moon Gang Tae est un aide-soignant travaillant dans un hôpital psychiatrique et qui peine à trouver une vie stable. Il vit seul avec son grand frère, Moon Sang Tae, qui présente des symptômes d’autisme. Leurs parents sont morts durant leur jeunesse. Moon Gang Tae va faire la rencontre de Ko Moon Young, une auteure de livre pour enfants à succès et atteinte d’un trouble de la personnalité antisociale. Leur rencontre va faire des étincelles mais les trois héros vont apprendre à s’apprivoiser, à s’aimer et à se guérir mutuellement.

Je tiens à préciser que cette critique risque 1) d’être longue et 2) de contenir de nombreux spoilers.

Un drama tout simplement magnifique

Réalisation et décors

Une bombe visuelle. Je n’ai pas d’autres mots pour décrire ce drama. La réalisation est très soignée, tout est dans le détails (les références et petits détails sont partout), il n’y a pas de ralentis ou de gros plan à l’excès. Les acteurs sont tous beaux et par là je veux dire qu’ils sont tous mis en valeur mais à chaque fois en toute simplicité. Le générique à lui seul témoigne de la beauté du drama et il est en plus rempli de références à plusieurs contes de fée (Raiponce, La Belle et la Bête, La Belle au Bois Dormant). Entre la réalisation de It’s Okay To Not Be Okay et celle de The King : Eternal Monarch, It’s Okay To Not Be Okay l’emporte haut la main (comme quoi, ce n’est pas la peine de vouloir en faire trop).

Intro de It’s Okay To Not Be Okay

Les décors sont absolument superbes (le château « maudit » par exemple), les animations (comme celle de l’épisode 1) et les dessins valent le détour. J’ai adoré l’ambiance un peu fantastique et sombre du drama. Ko Moon Young est une auteure de contes de fée (plus noirs que la normale), et on retrouve cet esprit partout, que ce soit dans les décors, les costumes ou les titres des épisodes. J’ai trouvé qu’il y avait une atmosphère à la Tim Burton, et les dessins des albums de Ko Moon Young n’ont fait que renforcer cela.

Les costumes

Quand je pense aux costumes, je pense principalement à ceux de Ko Moon Young qui étaient époustouflants. Après Yoon Se Ri dans Crash Landing On You, Sung Deok Mi dans Her Private Life et bien sûr Jong Man Wol de Hotel Del Luna, voilà Ko Moon Young entrée dans la légende. Sûrement une des femmes aux plus beaux costumes dans un drama coréen. Je ne faisais qu’attendre chacune de ses tenues avec impatience. Voici un article présentant certaines des meilleures tenues de Ko Moon Young dans les premiers épisodes.

QUEEN

Et puisqu’on parle ici des costumes je voudrais en profiter pour ajouter que ce ne sont pas juste des accessoires : dans ce drama ils font littéralement parti des personnages. Je souhaiterais ainsi féliciter le travail de Jo Sang Gyeong, la personne en charge des costumes. Dans une interview, cette dernière a expliqué ses choix de tenues pour les différents personnages. De ce fait, les vêtements souvent excentriques et extravagants de notre héroïne représentent en réalité une protection personnelle, un sorte de carapace pour se protéger du monde extérieur, et non pas une pure lubie ou une volonté d’être à la pointe de la mode.

Si tu veux être à la mode, tu dois être têtue et te sentir inconfortable.

— Ko Moon Young — 

Les vêtements simples et basiques de Moon Gang Tae montrent qu’il ne se préoccupe pas de lui car il passe sa vie à s’occuper de son grand-frère. Moon Sang Tae quant à lui possède une collection importante de tenues a rayures. Après des recherches sur des artistes atteint d’un trouble de l’autisme, la costumière a découvert une tendance à reproduire des mêmes motifs. D’où les rayures.

Et le meilleur dans tout ça, c’est que les tenues de nos héros évoluent au fil du drama, symbole de leur évolution personnelle. Ko Moon Young porte des vêtements plus légers et aux couleurs plus joyeuses (même son verni à ongle en dit long sur son état d’esprit) tandis que Moon Gang Tae semble s’habiller de manière plus élaboré, signe qu’il prend enfin soin de lui.

Les OST

En plus d’être superbe visuellement, cette série est aussi très belle d’un point de vu auditif. J’ai adoré ces OST qui correspondent parfaitement à l’ambiance du drama, un peu gothique et fantastique. Par exemple, la voix de Janet Suhh (« In Silence », « I’m Your Psycho ») est juste parfaite pour ce drama. Sans avoir de coup de coeur absolu contrairement à d’autres drama, j’aime tous les OST, et pas seulement ceux à parole.

« You’re Cold »— HEIZE
« Brother (Gang Tae, Sang Tae’s Theme) » — Nam Hye Seung, Park Sang Hee

Un drama qui aborde le thème des maladies mentales avec justesse

Après Kill Me, Heal Me, It’s Okay To Not Be Okay est le deuxième drama abordant le thème des maladies psychiatriques que je visionne (si l’on ne compte pas It’s Okay, That’s Love actuellement en pause). Le titre parle de lui même, cette série est un véritable healing drama, une ode à la différence. Le drama aborde avec plein de justesse les thème de la maladie mentale, du traumatisme ou du handicap. J’ai beaucoup apprécié tout le travail de recherche et le réalisme donné aux personnages. Par exemple, Ko Moon Young a un trouble de la personnalité antisociale et son comportement, durant tout le drama, est définit et caractérisé par cela.

Ce drama est rempli de messages et de leçons de vie à retenir absolument. Les contes de fée, ce n’est pas seulement le travail de Moon Young : c’est tout un puit de messages et d’interprétations différentes de la vie.

Un conte de fée est une fiction cruelle qui illustre d’une manière paradoxale la brutalité et la violence de ce monde.

— Ko Moon Young — 

Ce n’est pas grave d’être différent ; il faut écouter les autres et les accepter

Dès les premiers épisodes, on peut voir que les scénaristes ont pour volonté d’aborder le thème des maladies psychiatriques par le prisme de la tolérance et de l’acceptation de soit et des autres. Je pense à l’épisode durant lequel le fils du député s’enfuit et Moon Gang Tae le laisse finalement faire ce qu’il veut. C’est une preuve qu’être différent n’est pas une mauvaise chose et que les personnes malades ont le droit d’être écoutées. Ce passage où le fils se défoule sur scène était absolument touchant, plein de réalisme et de poésie.

Chaque personnage va apprendre à vivre avec ses différences, ses difficultés, ses peurs. Personne n’est parfait et ce que ce drama montre très justement c’est qu’être parfait n’est pas une bonne chose. Il faut des gens imparfaits dans ce monde, nom de dieu ! Quand les gens réaliseront-ils que la différence n’est pas une tare ? J’ai adoré la manière dont les héros et les autres personnages s’acceptent sans même se poser de question. Je pense par exemple à Sang Tae et la façon dont tout l’entourage de Gang Tae l’accepte contrairement à d’autres personnes. Accepter l’autre : cela relève d’une telle évidence pour certains que l’on se prend à prier que ce soit le cas de tout le monde. Par plusieurs scènes, les réalisateurs arrivent à nous faire aimer les différences des personnages et avec cela nos propres différences. Quand je vous dis que It’s Okay to Not Be Okay est un healing drama ce n’est pas n’importe quoi !

Les différents patients de l’hôpital Ok nous présentent différents types de maladies mentales, plus ou moins importantes et chaque patient va voir son histoire être expliquée. J’ai d’ailleurs trouvé que certaines histoires auraient pu être un davantage développées.

Ce n’est pas grave d’être faible ; avoir besoin des autres n’est pas une faiblesse

Avoir peur, avoir besoin des autres peut aujourd’hui être vu comme une faiblesse. Et la faiblesse est vu comme une chose honteuse. A plusieurs reprise ce drama nous prouve le contraire. C’est une bonne chose d’avoir besoin des autres et tout le monde a ses moments de faiblesse. Lorsqu’on ne va pas bien, on peut demander de l’aide à d’autres, on peut avoir besoin d’être consolé (comme Gang Tae qui demande à son frère de le prendre dans ses bras). Contrairement à ce que pense la mère de Ko Moon Young, les faibles, lorsqu’ils se réunissent deviennent forts.

Le corps est honnête. Quand on souffre physiquement, on pleure. Mais le coeur est un menteur. Il reste silencieux même lorsqu’il est blessé.

— Moon Sang Tae –

On ne doit pas juger sans connaître

On juge trop souvent sans connaître les autres et je suis persuadée que tout le monde le fait. Personne n’est parfait mais il faut, quand on se prend à juger, se rappeler que nous ne connaissons pas tout sur les personnes. Si vraiment nous voulons jugez, faisons-le en connaissance de cause et apprenons à nous connaître.

C’est bien même si c’est faux. Se forcer à sourire n’est pas difficile.

— Moon Gang Tae — 

Ko Moon Young froide et arrogante ? Sang Tae un simplet ? Attendez de voir, vous reviendrez vite sur vos mots.

Un traumatisme peut se combattre seul et avec l’aide d’autrui

It’s Okay To Not Be Okay nous montre l’impact qu’un traumatisme ou qu’une différence peut avoir sur notre vie. Des difficultés de trouver un travail, être incompris par les autres, ne pas réussir à avoir une vie normale par exemple. Le vétéran de la guerre de Vietnam ne peut pas sortir de l’hôpital psychiatrique car il fait des crises de panique à chaque fois, Ko Moon Young est traumatisée par sa mère et souffre, en plus de son trouble de la personnalité, de paralysie du sommeil. Enfin, Moon Sang Tae qui a assisté au meurtre de sa mère a développé une véritable phobie des papillons. J’aime la façon dont les traumatismes sont présentés, on nous place dans la position de ceux qui le vivent, en nous montrant leur façon de voir les choses on nous permet de mieux réaliser leur frayeur.

Heureusement que le Dr Oh est là pour aider les patients à vaincre leur traumatisme. Mais c’est aussi un combat que l’on mène seul. Les autres ne peuvent pas tout faire pour nous, ils peuvent seulement aider, mais le mot final nous appartient.

Le premier pas est toujours le plus difficile. Mais une fois qu’il est fait, les choses deviennent plus simples.

— Dr Oh Ji Wang — 

Une chose que j’ai adoré, c’est toute la métaphore autour du papillon. La question du traumatisme de Sang Tae est très bien abordée mais au début je me posais la question suivante : pourquoi le papillon ? Pourquoi ne pas avoir choisi un autre insecte ou animal ? La réponse est dans la signification du terme papillon qui est « psyche ». Si pour la mère de Ko Moon Young cela signifie aussi « psycho », pour nos héros, le papillon d’abord symbole de la peur et de leur passé sombre va peu à peu se transformer en un symbole de guérison. Ce choix réfléchi des scénaristes est vraiment très intéressant. C’est pourquoi je trouve que le titre Psycho But It’s Okay est parfois encore plus proche de l’esprit du drama que It’s Okay To Not Be Okay.

Les personnages sont au coeur du drama

It’s Okay To Not Be Okay n’a pas vraiment de trame particulière : l’histoire s’intéresse avant tout aux personnages et leur évolution.

Ko Moon Young, interprétée par Seo Ye Ji

Comment expliquer ce coup de foudre que j’ai eu lorsque j’ai vu Seo Ye Ji apparaître à l’écran. Son visage, sa voix juste magnifique et si particulière, son sourire, et son jeu d’actrice absolument incroyable : je l’ai simplement adoré. Elle est en un seul drama devenue une de mes actrices coréennes préférée. Rien que ça.

Si Ko Moon Young ressemble à une héroïne froide, riche et sans coeur au début du drama ce n’est absolument pas le cas. Sous ses airs froids et hautains, se cache une personne très faible, seule, triste et effrayée. Ko Moon Young est encore une enfant qui recherche de l’affection, comme Gang Tae le lui dira si bien. Elle souffre en plus d’un trouble de la personnalité antisociale, trouble qui se caractérise notamment par une certaine incompréhension voir un mépris (si ce n’est une transgression) des droits des autres. Les personnes atteintes de ce trouble sont souvent agressives, froides, impulsives, indifférentes, méprisantes, etc.

Les gens sont tous des hypocrites. Nous vivons remplis de haine mais nous agissons comme si ce n’était pas le cas.

— Ko Moon Young — 

Il faut donc différencier Ko Moon Young d’une simple héroïne riche au caractère détestable. Moon Young est malade et chacune de ses actions est à comprendre avec cette idée. Beaucoup ont par exemple critiqué la scène durant laquelle elle n’éprouve aucune honte à admirer (et à toucher) le torse du héros : c’est parce qu’elle méprise son intimité. Si on ajoute au trouble de Ko Moon Young son traumatisme (qui lui cause des cauchemars voir une certaine paralysie du sommeil) et sa solitude on comprend qu’elle ait autant de mal avec les relations humaines.

Et pourtant ! Elle aussi va beaucoup grandir, évoluer et apprendre au contact des autres. Son développement se fait tout en douceur mais il est là. Ko Moon Young va enfin être avec les autres (et apprendre un peu certains codes sociaux) et elle va connaître le sentiment d’être apprécié voir d’être aimé. Et non seulement elle va réaliser qu’elle est aimée par les nouvelles personnes qu’elle va rencontrer, mais elle va comprendre que ceux qui ont toujours été à ses coté comme Lee Sang In, tiennent à elles également. Ko Moon Young est une héroïne très imparfaite mais c’est pour ça qu’on l’aime.

Le personnage m’a beaucoup fait rire par moment car elle est très directe (sa déclaration d’amour restera dans la légende) et elle sait ce qu’elle veut. Néanmoins elle m’a fait beaucoup de peine également : son enfance difficile, son rejet, son manque d’affection, tout cela m’a émue. Le seul passage durant lequel le personnage m’a un peu agacé c’est lorsque, dans l’épisode 15, elle prend la décision clichée de repousser Moon Gang Tae pour ne pas le blesser. Bien sûr je comprend totalement cette logique et les intentions de notre héroïne sont louables mais j’ai du mal quand les personnages agissent ainsi.

Moon Sang Tae, interprété par Oh Jung Se

Si je ne devais décerner qu’un seul prix d’interprétation, je le décernerai sans hésiter à Oh Jung Se. Je ne connaissais pas cet acteur qui, dans ce drama, a réalisé un travail remarquable. Il mérite tellement un prix pour son interprétation parfaite de Moon Sang Tae. Il a réussi à se mettre dans la peau d’un personnage atteint d’un trouble d’autisme sans jamais exagérer sur son état mental et sa condition. Pas de surjeu, tout est naturel. Dans tous ses geste, ses regards : l’acteur a été superbe jusque dans les plus petits détails. Je tire mon chapeau pour ce jeu impeccable.

Moon Gang Tae (gauche) et Moon Sang Tae (droite)

Le personnage de Moon Sang Tae m’a touché en plein coeur dès que je l’ai vu pour la première fois. Bien qu’il soit une sorte de grand enfant il n’en est pas pour autant idiot. C’est même lui qui, par sa simplicité, va souvent aider nos héros. « Un baiser est meilleur qu’une dispute » ou « Il faudra me passer sur le corps » sont par exemple deux citations marquantes qui aident Moon Gang Tae et Ko Moon Young à prendre des décision cruciales. J’ai adoré sa relation fraternel avec Moon Gang Tae et tout sa progression : il passe d’une sorte de petit frère à un vrai grand-frère sur qui on peut compter. Lui aussi va consoler Gang Tae, lui aussi va sauver des personnes, lui aussi va faire des efforts pour surmonter son traumatisme. Un des vrai héros de ce drama c’est bien Moon Gang Tae, car les efforts qui lui sont demandé ne sont vraiment pas faciles. Mais parce qu’il aime son frère, et ensuite parce qu’il aime Ko Moon Young, il les fera. Son amitié avec Moon Young qui se transforme en amour fraternel était absolument sublime.

Moon Gang Tae, interprété par Kim Soo Hyun

Après s’être donné à voir dans deux jolis caméos en 2019 (Crash Landing On You et Hotel Del Luna), Kim Soo Hyun sort le grand jeu pour son premier drama depuis son retour du service militaire. Il n’a pas choisi le rôle le plus facile et je l’admire encore plus pour cela. Si je ne l’avais pas particulière apprécié dans My Love From The Stars, j’ai été très agréablement surprise par son jeu d’acteur. Kim Soo Hyun a su interpréter Moon Gang Tae à la perfection. Ses expressions, son jeu, sa voix : tout était parfait. La manière dont il savait passer du rire aux larmes, à faire passer des messages juste dans ses yeux : c’était d’une beauté ! Je me dois de féliciter l’acteur pour ce rôle (et je risque de me répéter pour les autres héros tout aussi excellent aha).

Je suis tombée sous le charme de Moon Gang Tae. Au début du drama, il ne vit pas pour lui mais seulement pour son frère, il se sent responsable de lui et je pense coupable, d’une certaine manière. Sa rencontre avec Moon Young va le changer. Il va évoluer, apprendre à être parfois un peu égoïste, à montrer ses émotions aux autres et surtout à être lui-même. Par ses manière brusques, Moon Young va aider Gang Tae à redevenir lui-même, voire même plutôt a se trouver. Sang Tae l’aidera aussi à sa façon en s’affirmant en tant que grand-frère. J’ai adoré voir l’évolution de ce personnage et le moment qui m’a le plus ému est lorsque, répondant à Moon Young qui lui demandait qui il aimait le plus entre elle et son frère, il déclare que celui qu’il aime le plus est lui-même. Wouaw. C’était donc ça la réponse à la question que tout le monde se posait. Avant d’aimer les autres il est important, non essentiel, de s’aimer soit-même. Ce n’est pas une chose facile, je ne sais pas si tout le monde y arrive mais il faut poursuivre nos efforts.

Concernant les autres personnages plus secondaires, je les ai adoré, excepté la mère de Ko Moon Young (qui l’a aimé ? T-T). J’ai eu un gros choc lorsque son identité a été révélée. Sans être des personnages secondaires coup de coeur (chose qui m’arrive parfois, comme dans Crash Landing on You, Reply 1997 ou Hospital Playlist), je m’y suis beaucoup attaché. Du Docteur Oh (Kim Chang Wan) à Nam Ju Ri (Park Gyu Young) et sa mère, Kang Soon Deok (joué par Kim Mi Kyung, une de mes actrices favorites), en passant par Jae Su (Kang Gi Dong).

L’amour sous toutes ses formes

A travers ses personnages, It’s Okay To Not Be Okay aborde une grande quantité de thèmes. Outre la question des maladies mentales, on parle bel et bien de l’amour, et ce sous toutes ses formes. Amour fraternel et filial, celui romantique ou même celui amical : pas d’exceptions. La question que beaucoup de personnage aiment se poser — « qui aimes-tu le plus entre moi et untel ? » — est une preuve du manque d’amour dont beaucoup ont souffert. Que ce soit le frère (Sang Tae), l’amoureuse (Moon Young) ou le meilleur ami (Jae Su) : tous ont posé au moins une fois la question à Gang Tae.

Une magnifique romance

La romance entre Moon Gang Tae et Ko Moon Young est juste magnifique. L’alchimie est si présente qu’elle est électrique : un simple regard entre les deux acteurs nous suffit. Mais l’on a aussi de superbes scènes romantiques. La façon dont le couple COMMUNIQUE, s’accepte, se soigne et se protège est juste… si belle. Moon Gang Tae et Ko Moon Young sont loins d’être parfaits, mais ils vont parfaitement bien ensemble, comme des pièces de puzzle qui se complètent. Il font ressortir mutuellement ce qu’il y a de meilleur en eux et surtout en s’aimant l’un et l’autre ils apprennent à s’aimer eux-même. C’est le plus important.

Qui accorde de l’importance au destin ? Quand une personne apparait devant toi quand tu as besoin d’elle, tu appelles ça le destin.

— Ko Moon Young — 

La romance se met en place petit à petit. Rien ne va trop vite ni trop lentement et l’on peut dire adieu aux gros clichés. Il y a quelques situation non originales certes mais pas à outrance. L’évolution des sentiments des personnages est claire, rien ne tombe comme un cheveu sur la soupe. Le rythme est parfaitement bien gérer alors que dire de plus ?

Le couple secondaire formé par Nam Ju Ri et Sang In était très mignon également mais j’ai aussi beaucoup apprécié Ah Reum et Jung Tae, nos deux patients à la romance interdite. Ils ont absolument adorables, ils se soutiennent à leur manière et, tout comme Moon Young et Gang Tae, surmontent les obstacles et la maladie.

La famille, de sang et de coeur

Ce drama aborde très justement la question de la famille. Qu’est-ce qu’une famille ? On nous montre que c’est loin d’être simplement le sang ou le nom, contrairement à ce que pense Sang Tae aux premiers abord, mais c’est aussi les relations que l’on crée avec les personnes. Petit à petit les personnages vont apprendre à s’apprivoiser et à se considérer comme une famille. Sang Tae considère Moon Young comme sa soeur, et Madame Kang comme une mère de substitution (c’est un petit peu la mère de substitution pour tout le monde). Moon Young voit aussi Sang Tae comme sa famille et Gang Tae considère finalement son meilleur ami Jae Su comme son grand frère. J’ai aimé comme les scénaristes prennent le temps d’aborder ce thème. Ils montrent à quel point c’est difficile pour Sang Tae de suivre « son rôle » de grand-frère et d’accepter les autres. Mais il y arrive !

Portrait de famille ❤

La relation fraternelle entre Gang Tae et Sang Tae est une des plus belles que j’ai vu dans un drama. Nombreuses furent les scènes qui me firent pleurer, de joie, d’émotion ou de tristesse. Je pense à la scène finale de l’épisode 9 qui m’a brisé le coeur (le jeu impeccable des acteurs n’a pas aidé à me rendre moins triste). Mais la relation entre Sang Tae et Moon Young était juste parfaite, la manière dont Moon Young accepte Sang Tae comme un frère est juste incroyablement juste et beau. Rien que pour cette famille et ces relations on doit donner une chance à It’s Okay To Not Be Okay.

A l’inverse, si l’on peut accepter des personne dans notre famille on peut aussi en faire sortir, en oublier. Moon Young a eu une enfance terrible, souffrant soit du manque d’attention de son père, soit du comportement quasi cruel de sa mère qui la traumatisera. Une famille ne se choisit pas à sa naissance mais l’on peut en refonder une autre. J’ai énormément aimé la façon dont était traité la question des parents. Les frères Moon aimaient leur mère mais elle est décédée très tôt, tandis que Moon Young a vécu dans la terreur. Et même si elle déteste sa mère, elle admet qu’elle reste sa mère malgré tout, comme si le seul fait d’avoir le même sang finissait pas nous rattacher éternellement à une personne et à nous faire l’apprécier (en quelque sorte) un tant soit peu. J’ai adoré tout ce questionnement et cette réflexion sur la famille.

En parlant des parents, un des petits points négatifs du drama est le mystère autour de la mère de Ko Moon Young. Ou plutôt, ce n’est pas le mystère en soit qui m’a déplu mais sa résolution. Bien qu’il y ait eu un retournement de situation absolument incroyable, la conclusion de cette affaire a semblé un peu décousue et trop simpliste. Lorsqu’on apprend qui est la mère de Moon Young j’ai été totalement choqué et j’ai applaudi les scénaristes pour ce superbe twist. Mais les deux épisodes (14 et 15) qui suivent n’étaient pas extraordinaires, plus lents que les autres et plus « normaux ». Je ne pensais pas que l’infirmière Park serait vraiment la mère (il y a eu beaucoup de théories alambiquées et c’est sûrement ce qui a provoqué une petite déception). Do Hee Jae était excessivement diabolique, un peu trop artificielle presque mais c’est surement pour rendre compte de sa folie que le personnage est ainsi. Si les scénaristes ont réussi leur défi de créer des personnages très intéressants avec une vrai évolution personnelle, ils ont moins réussi du côté thriller. Il me faut cependant nuancer car le retour de la mère reste un point important pour nos héros et c’est ce qui leur permet d’arriver au bout de leur évolution, de véritablement tourner la page et de penser au futur. La mère n’est pas vraiment le mystère à part entière, mais plutôt un passage obligé. Si l’on voit les choses ainsi, le drama est encore moins critiquable. Enfin, j’en parle également ici, mais j’ai trouvé que la raison du meurtre de la mère de Moon Gang Tae était un peu trop facile.

De belles amitiés

L’amitié est aussi très présente dans cette histoire.

D’abord il y a celle entre Jae Su et Gang Tae. J’ai parfois trouvé Gang Tae un peu égoïste car il ne prenait pas assez en compte les sentiments de Jae Su, même si en réalité il tient à lui, comme il le montre à la fin (ce qui m’a permis de pardonner à Gang Tae toutes ces fois ou il a laissé Jae Su sur la touche). Jae Su est très fidèle et le voir plus, notamment avec Gang ne m’aurait pas déplu du tout.

On peut observer également un nouveau départ entre Nam Ju Ri et Ko Moon Young, cette amitié 2.0 n’a pas assez été exploité et creusé ce que j’ai trouvé dommage.

La relation qui lie Lee Sang In et Ko Moon Young va au delà d’une simple relation professionnelle. Une vraie amitié (plutôt inavouée) relie nos deux personnages. J’aime les quelques moments de sagesse de Lee Sang In, notamment quand il tente de faire réaliser à Moon Young l’absurdité de certains de ses propos (on ne peut pas demander à une personne qui elle aime et le plus par exemple). Il est assez perspicace et si il semble penser à l’argent, il tient en fait beaucoup à notre héroïne, ainsi qu’aux autres dont Nam Ju Ri. Plein d’autres amitiés se créent au fil de l’histoire entre les différents personnages et, malgré qu’elles soient parfois trop peu développées, je les ai trouvés attachantes.

It’s Okay To Not Be Okay n’est pas parfait mais cette histoire qui mélange romance, thriller et maladies mentales reste à voir absolument !

2 réflexions au sujet de “[K-drama] – It’s Okay to Not Be Okay est une pépite !”

  1. Ça y est, j’ai enfin pu lire ton avis après mon visionnage ! Je te rejoins pour beaucoup de points, même si j’ai été moins charmé dès le début comme toi. Disons que j’ai appris à aimer petit à petit, et c’est tout aussi beau !

    Et pour le coup, niveau acteurs, c’est plutôt l’inverse chez moi puisque j’adore vraiment Kim Soo Hyun et j’aime un petit peu moins Seo Ye Ji. Le drama m’a vraiment permis de la découvrir autrement, même si j’ai moins accroché à son personnage au début. C’était difficile pour moi de la comprendre ou d’avoir de l’empathie pour ses choix très égoïstes. Après, ça se comprend, mais ça m’a tenu à l’écart, parce que sa coquille ne se brise pas avant un moment ! Mais après coup, j’ai vraiment adoré !

    Et puis je crois que j’ai davantage apprécié la famille qu’ils forment que la romance en elle-même. Mais bon, ce ne sont que des détails. C’est un très bon drama et il m’aura bouleversé plus d’une fois ! (Merci Sang-tae, ma boîte de mouchoirs est vide ! 😭)

    Aimé par 1 personne

    1. Une amie a été dans le même cas que toi, concernant la rapidité à plonger dans l’histoire 🙂

      Kim Soo Hyun était excellent mais c’est vrai que Seo Ye Ji a été un gros coup de cœur. Pour ses choix égoïstes effectivement ça peut être difficile à accepter mais du temps qu’on comprend un minimum les raisons de son comportement ça passe ! Son personnage était tellement particulier que je l’ai aimé directement mais c’est vrai qu’elle en fait voir de toute les couleurs à son entourage!

      Les relations familiales étaient tellement belle mon dieu! Même si j’ai adoré la romance, je ne l’ai pas plus préféré à ma famille donc je te rejoins tout à fait la dessus ^^ (que de larmes 😢 😂)

      Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s