Avis dramas, Dramas, Japon, Taïwan

[Tw & J-drama] — It Started With a Kiss VS Itazura Na Kiss : comparaison des versions

Bonjour !

Je voudrais aujourd’hui donner mon avis sur deux adaptations du manga Itazura na Kiss. C’est la première fois que je tente ce genre d’avis comparatif, alors j’espère que ce ne sera pas trop brouillon 😉 J’ai décidé de faire cela tout simplement parce que je ne trouvais pas intéressant d’écrire deux fois un avis similaire pour chacune des versions.

Itazura na Kiss est donc à l’origine un manga de Kaoru Tada dont la publication a commencé en 1990. Suite à un accident ménager, l’auteure est décédée sans avoir fini son histoire : chacune des adaptations a donc sa propre fin. Itazura na Kiss est une histoire très célèbre qui a été adapté en anime, en drama ou en film un nombre incalculable de fois. Beaucoup connaissent sûrement la version coréenne, Playful Kiss. Mais il y en a eu tant d’autres !

All the versions: 1990-1997: Itazura Na Kiss (Manga) 1996- Itazura Na Kiss  Live Action 2005-2006: It Started With A K… | Itazura na kiss, Live action,  Drama japonês
Dans l’ordre : Manga, Itazura na Kiss (96), ISWAK, anime, Playful Kiss, INK: Love In Tokyo, Kiss Me, Mischievous Kiss, Miss in Kiss

La toute première adaptation remonte à 1996, avec le drama japonais de 9 épisodes nommé Itazura na Kiss. En 2005, c’est au tour de Taiwan d’adapter cette histoire avec le drama It Started With a Kiss, suivi de sa seconde saison en 2007, They Kiss Again. L’année suivante (2008), l’histoire est à nouveau adaptée au Japon mais cette fois non pas en drama mais en anime. En 2010, c’est maintenant la Corée qui se décide à faire sa propre adaptation, Playful Kiss avec notamment Jung So Min. Trois ans plus tard (2013), une nouvelle adaptation japonaise, Itazura na Kiss : Love in Tokyo, voit le jour. En 2015 la Thaïlande diffuse sa propre version, Kiss Me et l’année suivante Taiwan ressort une nouvelle version drama de 39 épisodes, Miss in Kiss. Mais ce n’est pas fini ! Car en plus des dramas, de nombreux films ont été réalisé comme Mishievous Kiss : The Movie (Japon, 2016), Fall In Love At First Kiss (Taiwan, 2019).

L’histoire de base est celle de Kotoko Aihara, une jeune lycéenne de terminale, amoureuse du garçon le plus intelligent de son lycée, Irie-kun, depuis sa première année. Seulement, leur lycée divise les classes par niveau et Kotoko est dans la pire classe, à l’inverse de Irie-kun. Un jour, elle décide tout de même de se déclarer en lui donnant une lettre, qu’il va refuser publiquement et sans remords. Le soir même, la maison de Kotoko qui vit seule avec son père s’effondre suite à un tremblement de terre et de mauvaises fondations. Les deux se retrouvent à vivre chez un ami du père de Kotoko…. qui n’est autre que le père de Irie-kun ! Nos deux héros vont alors devoir cohabiter (et plus si affinité, mais vous vous en doutez 😉 ).

Après ce tour d’horizon, je voudrais donc entrer dans le vif du sujet et parler des deux séries : la taïwanaise de 2005 et la japonaise de 2013. Les deux dramas sont composés de deux saisons : mon avis porte donc sur les deux saisons pour chacun. Je précise que Itazura na Kiss : Love In Tokyo est mon tout premier drama, visionné en 2016, soit l’année de sa sortie (ça remonte !). Enfin, je préfère le dire tout de suite : j’ai une préférence pour la version Taïwanaise, It Sarted With a Kiss (ISWAK) aussi loufoque puisse-t-elle être par moment. Mais vous comprendrez vite pourquoi.

Pour vous aider au niveau des noms des deux protagonistes :

  • Héroine : Aihara Kotoko (Itazura na Kiss) / Yuan Xiang Qin (ISWAK)
  • Héros : Irie-Kun (Itazura na Kiss) / Jiang Zhi Shu (ISWAK)

Fidélité à l’histoire originale

Sans hésiter, c’est Itazura na Kiss qui est le plus fidèle au manga. Le drama respecte presque à la lettre le scénario de Kaoru Tada, donc si vous chercher à voir la même histoire version live il faut vous diriger vers la version japonaise. Les deux saisons suffisent à couvrir la totalité du manga. Je crois cependant que le drama omet la partie du manga dans laquelle Kotoko, notre héroïne tente de devenir professeure, mais cette partie est souvent laissée de côté dans la plupart des adaptions (pas dans It Started With A Kiss cependant). Itzaura na Kiss étant un manga japonais à la base, on retrouve des décors et une ambiance similaire au manga et à l’anime, contrairement à ISWAK. Les prénoms de tous les personnages et des lieux restent inchangés ce qui est de ce point de vu très appréciable, surtout quand on est fan du manga de base.

Watch Mischievous Kiss:Love in Tokyo | Prime Video
Itazura na Kiss : Irie-kun et Kotoko

It Started With a Kiss de son coté adapte beaucoup plus librement l’histoire. Le scénario reste globalement le même mais il y a des différences certaines, parfois très étranges. Je pense à la scène du mariage dans la saison 1 qui paraît totalement absurde et qui m’avait fait m’interroger sur le sens du drama 😂. L’atmosphère est très différente, les prénoms changent, tout se passe à Taiwan. Si le scénario reste le même, le drama est également une sorte d’histoire à part entière et pas uniquement une copie du manga.

Pour ce qui est de la fin, la version japonaise choisit de se baser sur la fin de l’anime datant de 2008, cette même fin inspirée des papiers trouvés chez l’auteure après sa mort et qui donnait une idée de la façon dont elle voulait terminer sa série. It Started With a Kiss choisi une fin différente et un peu plus dramatique. Je ne comprend pas pourquoi les scénaristes ont choisi une telle fin, plus triste. Je préfère donc la fin de la version japonaise, mais celle de It Started With a Kiss laisse place à de l’espoir (je vous rassure il n’y a pas de séparation entre les personnages !). Le malheur qui s’abat sur notre couple nous offre quand même un beau moment entre les époux : après ça, on ne peut plus jamais douter de leur amour, c’est sûr.

Mischievous Kiss ~ Love in Tokyo: An Overall Review. – you don't know me.

Enfin, concernant le rythme, la première saison de la version taïwanaise contient clairement plus de longueurs que la version japonaise. Je me souviens avoir accéléré des passages, ce que je n’ai pas fais avec Itazura na Kiss.

Romance et vie de couple

Ce ne sera pas vous étonner que de vous dire qu’Itazura na Kiss est avant tout une romance. Certes, on donne une certaine importance aux personnages secondaires, mais l’histoire tourne majoritairement autour de notre couple principal. Bien sûr, dans les deux dramas j’ai adoré le couple, mais c’est sans conteste celui formé par Ariel Lin et Joe Cheng qui a ma préférence. Si Yahagi Honaka et Furukawa Yuki avaient une petite alchimie mignonne, celle-ci reste incomparable à l’alchimie puissante du duo d’acteurs taïwanais. « Arjoe » comme les appelle les fans forment un couple légendaire ! Les scènes intimes dans la version japonaise sont mignonnes mais restent très pudiques. Alors que celles taïwanaises… Nous avons de vrais baisers (comme savent le faire les taïwanais) réalistes. Je me rappelle que ce drama était mon premier avec des baisers aussi matures et pas de simples contacts de lèvres, alors forcément ça m’a marqué. Ariel Lin et Joe Cheng sont également très amis dans la vraie vie et ont tourné un autre drama ensemble, Love or Bread (2008).

Ariel Lin and Joe Cheng Bring Their It Started with a Kiss Chemistry and  Cuteness to C-variety Show | Ariel lin, Ariel, Cheng
Ariel Lin et Joe Cheng dans l’émission Race The World en 2016

De manière générale, la romance de Itazura na Kiss est parsemée de clichés, et pas n’importe lesquels : les plus gros clichés des comédies romantiques. Le héros est un tsundere intelligent pur et dur, l’héroïne est le cliché de la fille un peu idiote et empotée qui ne fait que suivre le héros. Les situations cocasses et les moments romantiques (et de jalousie) sont vus et revus, on a également notre éternel triangle amoureux (côté féminin et masculin). De plus le rôle de l’héroïne au sein de la famille/du couple peut parfois être critiquable : elle doit être la bonne épouse pour son mari, elle fait tout pour le satisfaire et peu parfois lui sembler soumise. MAIS je pardonne à ce drama pour la bonne raison que l’histoire originale date de 1990 ! Les clichés devaient être moins répandus à l’époque à mon avis et bien sûr la place des femmes dans la société n’était pas la même qu’aujourd’hui. Malgré cette recette très shôjo, Itazura na Kiss tire son originalité dans sa volonté de suivre notre couple non pas jusqu’au mariage mais même après. Oui, vous n’avez pas mal entendu. La première saison des deux adaptations se fini sur le mariage des protagonistes et la seconde se concentre sur leur vie de couple après le mariage. Et j’ai à chaque fois préféré la seconde saison ! L’évolution des personnages est assez importante dans les deux versions, le héros s’ouvrant davantage à sa femme et l’héroïne prend en maturité.

They Kiss Again (TKA) | Taiwanese Drama Reviews
They Kiss Again : Zhi Shu et Xiang Qin

La seconde saison d’Itazura na Kiss : Love in Tokyo est très sympathique. Mais je trouve que nos deux mariés nos sont pas assez naturels l’un avec l’autre, comme s’il y avait une petite distance entre eux. A l’inverse, la version taïwanaise nous offre beaucoup plus de scènes intimes avec pleins de petits gestes d’affection par-ci par-là ce qui rend le couple plus credible, mature et naturel. Dans la version japonaise, on croirait parfois que les deux ne sont pas vraiment mariés, ce qui donne aussi l’impression que le mari a un vrai contrôle sur la femme. La version taïwanaise par contre est plus réaliste, plus tendre. Certes Zhi Shu n’est pas toujours très aimable ni affectif mais quand il l’est, c’est pour de vrai ! They Kiss Again (seconde saison de It Started With A Kiss) prend également plus de temps pour nous montrer les doutes de notre héroïne concernant son futur professionnel, suivant plus de ce point de vu là la trame originale.

Musique et réalisation

Pour la musique, j‘ai bien aimé les OST des deux versions mais je préfère ceux taiwanais. Les OST japonais de Itazura na Kiss peuvent parfois faire un peu niais, mais si je les écoute maintenant je sais qu’il me rendront d’un coup très nostalgique.

Pour ce qui est de la réalisation, c’est sans conteste Itazura na Kiss qui possède la meilleure. La version taïwanaise date de 2005 donc la réalisation n’a pas forcement très bien vieillie (d’autant plus qu’il est dur de trouver le drama en bonne qualité). Je me souviens de la fameuse scène sous la pluie (version taïwanaise) : des trombes d’eaux tombaient du ciel, c’était un peu trop gros pour moi 😂. Et je ne vous parle pas des tenues et des coupes de cheveux atroces des années 2000, brrr.

Les personnages secondaires

Les personnages secondaires dans Itazura na Kiss/ISWAK sont tous très attachants. La famille n’est pas laissée de côté, le frère du héros a notamment tout un développement personnel et sa propre histoire d’amour. Les parents me faisaient beaucoup rire. La mère me rappelle Mrs Bennett dans Orgueil et Préjugés (Jane Austen), parfois hystérique, toujours à voir/imaginer de la romance partout. Les amis de notre héroïne, ses collègues de travail, tous étaient sympathiques. Les petites romances secondaires entre certains de leurs amis étaient les bienvenues (et mettaient aussi fin aux triangles amoureux !). Je ne pourrais pas trop dire quels personnages secondaires j’ai préféré et surtout dans quelle version. Pour ce qui est des familles, je les ai autant aimé. Mais les amis des héros ont été mieux développés dans la version taïwanaise, je suppose que c’est aussi pour cette raison que je préfère ISWAK.

Tw-Drama] It Started With A Kiss/They Kiss Again - m-drama-girl
It Started With A Kiss

Les acteurs

Je me souviens que lorsque j’ai commencé Itazura na Kiss j’ai tout de suite remarqué un certain surjeu de la part de l’actrice principale qui interprétait Kotoko. Son jeu était parfois trop forcé, et même si ce n’était pas horrible ça manquait tout de même de naturel. Je pense que c’est aussi une façon de jouer typiquement japonaise. Ariel Lin quant à elle surjoue un peu, principalement au début de la première saison, mais cela reste plus subtil et surtout plus naturel. J’ai donc préféré Ariel Lin (actrice que j’aime beaucoup de manière générale) à Yahagi Honaka. Pour ce qui est du héros, j’ai eu parfois du mal avec Furukawa Yuki qui était trop froid. Oui le personnage est censé l’être mais je n’arrivais pas à voir ses émotions derrière son masque. Le jeu d’acteur n’est pas horrible bien sûr, mais là encore j’ai préféré Joe Cheng, bien que le jeu de ce dernier ne soit pas renversant. Je ne suis peut-être pas très objective mais oui, les acteurs de la version taïwanaise me plaisent davantage (sûrement grâce à leur alchimie) ^^.

Itazura na Kiss~Love in Tokyo Episode 14 | The Corner of the Mind
Itazura na Kiss

Pour ce qui est des acteurs secondaires, leur personnalité étant pour chacun très marquée, il ne faut pas s’attendre à des performances inoubliables, mais ça passe très bien.

Mon bilan

Etant très attachée à l’histoire originale (Itazura na Kiss est un de mes premiers anime et j’ai lu tout le manga), j’aime les deux versions mais mon coeur balance pour celle taïwanaise. Itazura na Kiss est une comédie romantique classique et parfois (très) clichée oui, mais c’est aussi un drama/manga presque légendaire. Je pense même que It Started With a Kiss est encore plus culte que la version japonaise ! Avec Hana Yori Dango, il fait parti de ces shôjo japonais qu’on oubliera pas de sitôt.

Entre les deux versions je choisis donc la suivante !

It Started With a Kiss

Comme je n’ai pas pu placer mes notes précédemment, les voici :

Itazura na Kiss : Love in Tokyo ~ 14,5/20

Itazura na Kiss 2 : Love in Tokyo ~ 15/20

It Started With a Kiss ~ 16/20

They Kiss Again ~ 17/20

Si vous avez vu une des versions, quelle est votre préférée ? 😉

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s