Avis dramas, Corée, Dramas

[K-drama] — 18 Again, Lee Do Hyun a 37 ans dans un corps de lycéen

Ma note : 17/20

Décidément 2020 n’a pas fini de me surprendre en terme de dramas ! 18 Again fait partie de ces séries que je comptais éviter mais que j’ai finalement commencé par simple curiosité pour finir par être totalement conquise. Voila encore un petit coup de coeur à ajouter à ma liste 🙂

18 Again | Rakuten Viki

Si le titre vous dis quelque chose c’est tout simplement parce que 18 Again est un remake du film américain 17 Again de Burr Steers avec Zac Efron. Drama de 2020, 18 Again a été réalisé par Ha Byung Moon, qui avait déjà dirigé Go, Back Couple, drama traitant également d’un couple marié qui tente de réparer un mariage grâce à un retour dans le temps.

Pour revenir à notre drama, celui-ci raconte l’histoire de Hong Dae Young (Yoon Sang Hyun/Lee Do Hyun) et Jung Da Jung (Kim Ha Neul), mariés depuis environ 20 ans. Tous les deux ont eu des enfants très jeune, à seulement 18 ans. Après avoir travaillé dur pour leurs enfants pendant de nombreuses années, au risque d’abandonner leurs rêves respectifs, leur couple bat désormais de l’aile. Le divorce leur semble la seule solution. Désespéré par sa situation, Dae Young se rend dans son ancien lycée et y fait le voeux de retourner à l’époque où il était encore jeune. A peine a-t-il prononcé ces mots qu’il se retrouve dans son corps de lycéen de 18 ans, âge où sa vie a basculé. Va-t-il tenter de tout recommencer ?

Quand j’ai commencé de drama, je me suis vraiment demandée comment les scénaristes allaient réussir à faire une série de 16 épisodes à partir d’un film d’une heure trente. Et pourtant le défi a été relevé avec talent ! En donnant une grande place à la famille, en offrant un rôle majeur à l’héroïne et en développant chacun des personnages interprétés par de très bon acteurs, 18 Again garde un bon rythme et nous offre une belle leçon de vie ! Personnellement, je préfère le drama coréen au film américain, mais les comparer n’est peut-être pas la meilleure idée. On pourrait presque les prendre en tant que deux histoires qui n’ont rien à voir, tant chaque oeuvre aborde le sujet de manière très différente. 17 Again est avant tout une comédie alors que 18 Again, tout en gardant des aspects comiques, mise avant tout sur l’amour, tant familial que romantique. Et j’ai préféré cela, mais ce n’est qu’une question de goût personnel bien évidemment.

Lee Do Hyun dans le rôle de Hong Dae Young

Un. Enorme. Coup. De. Coeur.

J’avais déjà vu cet acteur dans Prison Playbook ainsi que dans les premiers épisodes d’Hôtel Del Luna (Second Lead Syndrome bonjour) que j’avais vu. J’ai tellement tellement adoré le jeu d’acteur de Lee Do Hyun dans 18 Again, il m’a totalement impressionné ! On sent qu’il s‘est investi corps et âme dans ce projet, qu’il a étudié pour interpréter son personnage au mieux (notamment en discutant avec Yoon Sang Hyun pour se comporter de la même manière). Que ce soit les scènes romantiques, celles comiques, celles plus sportives (je pense au basketball) et celles dramatiques, à chaque fois il était parfait. La scène dramatique de l’épisode 8 était d’une justesse épatante. Quand je pense que c’est seulement son premier rôle principal, Lee Do Hyun a de l’avenir. Il vient de devenir un de mes acteurs favoris, rien que ça ! Et puis, j’adore sa voix 😋. Il me rappelle beaucoup Woo Do Hwan : comme lui, dès sa première apparition à l’écran j’ai senti qu’il y avait du potentiel. C’est un acteur qui dégage une véritable présence à l’écran. Jouer le rôle d’un adulte de 37 ans censé être marié et père de famille quand on a seulement 25 ans n’est pas une chose aisée. Et pourtant ! Pas une seule fois j’ai trouvé que Lee Do Hyun ne jouait pas assez bien pour me faire croire à ce changement de corps. Bien au contraire, il était génial en tant que père lycéen !

Notre jeune Hong Dae Young, interprété par Lee Do Hyun

En ce qui concerne son personnage, j’ai eu aussi un gros coup de coeur. Hong Dae Young m’a beaucoup touché et je m’en veux d’avoir eu un mauvais a priori sur lui dès le début de la série. En tant que père et en tant que mari il a fait beaucoup de sacrifices, plus même que sa femme. Et personne ne s’en rend compte, ce qui est très triste. Dans la peau de Woo Young il est toujours là pour sa famille mais personne ne le voit, il souffre en silence de ne pas être capable d’être plus présent. Bien sûr il n’est pas blanc comme neige et sa femme à le droit de lui reprocher des choses. Mais il n’empêche que son personnage est extra et mérite vraiment d’être aimé. Parce que l’amour lui, il en donne beaucoup.

Kim Ha Neul, dans le rôle de Jung Da Jung

Tout comme j’ai apprécié Lee Do Hyun, j’ai également apprécié Kim Ha Neul, qui était très bien dans son rôle. Contrairement au film de base, les scénaristes développent vraiment le personnage de Da Jung. On peut comprendre son point de vu sur la situation, comprendre pourquoi elle décide de divorcer. Comme son mari, elle n’a pas eu une jeunesse facile, à élever ses jumeaux, ne faisant aucune études. Malgré tout elle a continué à travailler dur, pour espérer voir son rêve un jour se réaliser.

Da Jung a tout un développement personnel mais aussi professionnel. En effet, une grande partie de l’histoire se passe à la chaine télé, son lieu de travail. J’ai beaucoup aimé ses collègues qui sont tous attachants à leur manière et qui ont leur propre évolution (je pense à la collègue peu aimable ou les directeurs). Da Jung donne tout ce qu’elle a, elle travaille tellement dur qu’on ne peut qu’aimer et respecter son personnage.

Une belle romance

Je ne vais pas vous le cacher, j’ai personnellement adoré la romance. L’amour que les deux époux se vouent l’un pour l’autre, parfois même sans le savoir vraiment eux-même, est très beau. Les scènes du passé, souvent à la fin des épisodes nous permettent de comprendre comment nos héros se sont rencontrés et en sont arrivés à s’aimer. Ils ont eu une vie particulièrement difficile, ils ont beaucoup donné mais à cause d’un manque de communication, aucun ne comprend vraiment les efforts, voir les sacrifices de l’autre partie. Le retour de Dae Young dans son corps de lycéen va lui permettre de recommencer sa vie, mais il va rapidement réaliser que c’est sa femme qu’il aime plus que tout, ainsi que ses enfants. Concernant l’alchimie, il y en avait entre notre héroïne et les deux versions de Hong Dae Young ce que j’ai apprécié. 18 Again n’échappe pas à des scènes typiques des comédies romantiques (scène de pluie, ou la fameuse scène ou le héros empêche notre héroïne de mourir écraser par une voiture parce qu’elle ne regarde pas où elle marche) mais ça passe plutôt bien dans ce drama. J’ai adoré les deux versions du couple, jeune et plus âgé.

18 Again” Director Names 4 Key Points To Look Forward To Ahead Of Drama's  Premiere | Soompi
Jung Da Jung & Hong Dae Young (environ 30 ans)

Je voudrais rapidement revenir sur un sujet qui a beaucoup fait débat : les scènes de baisers, et par là je parle des baisers entre Hong Dae Young dans son corps de 18 ans et Da Jung. Beaucoup se sont plains de la différence d’âge, tant celle des personnages que celle des acteurs. Personnellement je n’ai eu aucun problème avec ça. Pourquoi ? Parce que chacun des baisers est très bien fait. Le premier baiser, Da Jung est ivre et croit voir son mari, elle pleure et Dae Young cherche à la consoler, oubliant qu’il est coincé dans un corps de jeune homme de 18 ans. La deuxième fois, il oubli également et en paye les frais. La troisième fois, le « vrai » baiser si je peux dire ça comme ça, Da Jung connait l’identité de Woo Young/Dae Young. Elle embrasse donc son mari. Où est le problème ? Le corps n’est qu’une enveloppe, c’est justement le message du drama. J’ajouterai en plus que la performance de Lee Do Hyun est telle qu’on ne doute pas une seconde qu’il est un adulte de 37 ans coincé dans un corps plus jeune. Ensuite, pour ce qui est de la différence d’âge des acteurs : pourquoi s’en soucier ? Les deux sont majeurs et responsables et se sont des acteurs qui font leur métier. Je n’ai même pas pensé à aller vérifier leur âge ou à calculer le nombre d’années les séparant. Enfin, je suis très heureuse que le dernier baiser soit entre le Dae Young de 37 ans et Da Jung, cela permet de montrer que les baisers d’avant n’étaient pas un simple fanservice (oulala Lee Do Hyun est plus jeune et plus beau c’est lui qui devrait embrasser).

Une romance secondaire moins sympathique

S’il y a bien quelque chose que j’ai moins aimé dans 18 Again c’est la romance secondaire entre Deok Jin et Mrs Oh. Leur romance n’apportait rien à l’histoire et était assez ennuyeuse (elle ne semble être présente que pour combler les trous). D’abord je n’aimais pas du tout le personnage de Mrs Oh, ensuite il n’y avait aucune alchimie entre les acteurs. La façon dont Deok Jin poursuit et séduit la professeur est particulièrement gênante et est à la limite du harcèlement. Leur donner une loisir commun (les jeux vidéos notamment) est une belle preuve que leur histoire a peu d’intérêt. Les scénaristes sont obligé de nous sortir un gros point commun pour tenter de justifier leur romance, alors que celle-ci n’a tout simplement pas lieu d’être. Je trouve que Deok Jin et Ae Ron partageaient vraiment quelque chose, déjà en tant qu’amis. Ils auraient pu former un couple plus intéressant ou alors on aurait tout simplement pu suivre l’évolution de leur relation amicale au lieu de ce couple secondaire assez déplaisant.

Pin on • Nghiện Phim Trung - Hàn
Ji Ho et Si Ah par contre sont mignons 😉

Par contre, la petite romance secondaire avec la Si Ah, la fille de Dae Young était la bienvenue, très rafraichissante et elle ne prenait pas trop de place à l’écran. Le petit triangle amoureux était drôle, le personnage de Ja Sung a pu ainsi être développé et mis en valeur.

Les relations parents-enfants

Un des points fort de ce drama, contrairement au film original, c’est l’importance donné à la famille et aux relations entre parents et enfants. En revenant dans son corps d’adolescent, Dae Young va apprendre beaucoup sur la vie de ses enfants. Il va découvrir leur rêves, leurs histoires d’amour (pour Si Ah surtout) ou le fait que son fils se fait harceler au début de l’histoire. Il va oeuvrer dans l’ombre pour les aider et les protéger, il va se rapprocher d’eux au point de devenir leur ami. J’ai beaucoup aimé que les scénaristes décident de ne pas faire tomber Si Ah amoureuse de son propre père. Au contraire elle aime beaucoup Woo Young en tant qu’ami, et je pense que c’est en parti parce qu’il ressemble à son père qui lui manque beaucoup. Je suis assez déçue que les enfants n’apprennent jamais la vérité sur l’identité de Woo Young, mais peut-être est-ce pour le mieux. Dans un sens ils pourraient se sentir trahi. Mais il n’empêche !

Les jumeaux ont une véritable évolution tout au long de l’histoire, ce sont des personnages à part entière, bien écris. Ils sont très différents mais tout aussi sympathiques. J’aurais aimé plus d’interactions entre les Si Ah et Si Woo. Si l’on accentue beaucoup sur la relation parents-enfants, celle fraternelle est peu exploitée (voilà ce qui aurait été plus intéressant de montrer, à la place de ce fichu couple secondaire !).

Outre la relation de Dae Young avec ses enfants, celle des Da Jung avec les jumeaux et avec sa mère est également développée. Mais on a aussi les relations entre Dae Young et son père (l’épisode 8 leur est notamment dédié). J’aime qu’on accentue également sur la relation des deux héros avec leurs beaux parents. Tout est bien développé et très réaliste, on comprend les choix et les sentiments de chacun des protagonistes. Pour cette raison, en plus d’être une comédie romantique, 18 Again reste aussi un vrai drama familial.

Le triangle amoureux

J’ai beaucoup beaucoup aimé le personnage de Ji Hoon, et c’est pour cette raison que j’ai eu du mal avec le triangle amoureux, qui finalement ne sert pas à grand chose ici. Les scènes entre Ha Neul et Ji Hoon ne m’ont pas dérangé mais je trouve ça triste que Ji Hoon ne comprenne pas qu’elle ne s’intéresse pas à lui, il s’accroche à elle pendant un peu trop longtemps. Comme trop souvent, sa présence sert surtout à attiser la jalousie de notre héros (et de Ji Ho également 😂). Si je n’ai rien contre le retournement de situation des derniers épisodes avec l’affaire de l’accident, cela fait un peu forcé. Comme si les réalisateurs avaient cherché en précipitation une façon de forcer notre second lead à laisser partir l’héroïne. Je n’ai pas eu de second lead syndrome parce que j’adorais notre héros, mais j’espère que Ji Hoon trouvera le bonheur. Il m’a beaucoup touché dans sa relation avec sa nièce, il fait vraiment de son mieux et c’était adorable !

Les OST et la réalisation

Certains pourront se plaindre et dire que l’OST « Hello Hello » était redondant à la longue. Mais personnellement j’ai adoré cette musique, ainsi que toutes les autres. C’est tellement un plus, de beaux OST. Mon préféré, « Hello », est souvent rattaché aux flash-backs que j’ai aussi adoré. Tout s’explique ! 😉

« Hello », Sohyang

J’ai également apprécié la réalisation. On avait de très jolis plans. Mais surtout j’aime la façon dont Dae Young passe parfois de son corps jeune à son corps plus âgé dans les moments importants. Les passages de transitions sont fluides, on ne s’y attend pas toujours mais c’est très bien fait. Je trouve que cela rajoute quelque chose à l’histoire, ça nous rappelle bien que Dae Young est prisonnier de son corps jeune, et que dans ces moments importants, il ne joue plus du tout le rôle de Woo Young. Dans ces moments, il voudrait revenir, sans le savoir vraiment, dans son corps d »origine plus que tout.

Les questions de société

Pour finir, je trouve que ce drama traite de façon intéressante de questions de société. Les différents thèmes sont tous traités avec beaucoup de maturité mêlée à une simplicité agréable.

D’abord, le divorce. Qu’est-ce que ça veut dire divorcer, est-ce que le divorce est bien accepté dans la société coréenne de nos jours ? Visiblement non. J’ai été choqué par la façon donc les gens semblaient voir le divorce comme une chose atroce, des fois ça me paraissait un peu trop gros (tous les commentaires malveillants sur Da Jung après son divorce par exemple) mais c’est peut être une réalité. Je pense par contre que le mariage a plus d’importance en Corée qu’en France. On peut le voir également dans Because This is My First Life par exemple. 18 Again nous montre là encore que tous les mariages ne fonctionnent pas automatiquement, il est également naturel de faire des efforts pour les préserver. Tout ne se fait pas facilement ou sans regrets. La fin du drama est heureuse mais reste réaliste, nos personnages ne vivent pas un conte de fée car tous les mariages ont des hauts et des bas.

Ensuite le drama aborde le sujet des jeunes parents. Da Jung et Dae Young deviennent parents à seulement 18 ans et décident de garder leurs deux enfants, des jumeaux. Ils vont passer par de nombreuses épreuves pour s’en occuper, se disputant ave leur parents, abandonnants leur rêves, travaillant d’arrache pied pour les nourrir et gagner de l’argent. On voit que c’est une chose qui n’est pas très bien vu. Ce choix d’élever leurs enfants va avoir de graves répercussions sur leur vie professionnelle. Da Jung n’a pas fait d’étude et peine à trouver sa place au sein de son entreprise, souvent critiquée pour être trop âgée ou pour son manque d’étude, alors même qu’elle se révèle être très performante. Dae Young quant à lui travaille très dur mais son travail n’est jamais reconnu, il n’arrive pas à obtenir de promotion et cela le brise vraiment.

18 Again est donc un drama rafraichissant, avec une romance sympathique et mature, des personnages attachants et des relations familiales réalistes et très belles. Grâce à ce drama, mon mois d’octobre a été bien embelli !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s