Avis dramas, Dramas, Philippines

[Ph-drama] — Gaya sa Pelikula, l’homosexualité sans euphémisme

Ma note : 16,5/20

Commençons d’abord par dire que Gaya sa Pelikula (Like in the Movies) est mon tout premier drama philippin et ça se fête ! Après avoir fini I Told Sunset About You que j’avais adoré, j’ai vu que beaucoup recommandaient ce drama donc je me suis lancée (en plus il est très court, seulement 8 épisodes de 30 minutes). Et j’ai donc beaucoup aimé !

L’histoire est celle de Karl (Paolo Pangilinan), un jeune étudiant en architecture mais passionné de cinéma qui emménage seul dans un appartement. Ses parents veulent le voir se débrouiller seul. Très vite, il va faire la rencontre de Vlad (Ian Pangilinan), son voisin de pallier qui va finir par cohabiter avec lui suite à un malentendu. Ouvertement gay, Vlad fait en effet croire à sa grande soeur qu’il sort avec Karl qui lui accepte de jouer le jeu pour que Vlad paye son loyer.

Karl et Vlad

Pas de tabous !

Le scénario est à la fois simple (l’histoire du faux couple n’est pas nouvelle, au contraire) mais aussi très intelligent et réaliste. Plus que la réalisation ou le jeu des acteurs, se sont les dialogues qui m’ont vraiment marqué et touché. Gaya sa Pelikula aborde la question de l’homosexualité sans aucun complexes ni tabous, notamment à travers le personnage de Vlad qui démonte ce que d’autres pourraient penser. Vlad est gay et l’assume totalement, mais il reste malgré tout ouvert et respectueux, dans le sens où il comprend que certains, comme Karl, puissent avoir des difficultés à réaliser leur orientation sexuelle et à l’accepter. Vlad a plusieurs répliques qui sonnent totalement vraies et que tout le monde devrait entendre. Je pense par exemple à la scène durant laquelle Karl avoue à Vlad que ce dernier ne « ressemble pas à un gay » en pensant lui faire un compliment et Vlad répond gentiment que non, ce n’est pas une remarque agréable. Sans être homophobes, beaucoup de personnes ont des clichés ou des à priori sur les personnes homosexuelles qui sans être volontairement méchants, peuvent affecter beaucoup de personnes. Ces personnes sont représentées par différents personnages dans le drame comme Judith, les parents de Vlad et Karl. Cela fait penser au racisme ordinaire dont on a parfois peu conscience.

Tu sais que je déteste quand les gens font ça. Comme si c’était une sorte d’euphémisme. Gay. Homo. Pédé. Pink. Dis-le. Il n’y a pas besoin d’euphémisme.

– Vlad –

Si certains dramas comme Where Your Eyes Linger ou I Told Sunset About You abordent surtout le thème de l’homosexualité à travers la question du coming out et de l’acceptation de l’homosexualité, Gaya sa Pelikula l’aborde surtout sous l’angle de la vision des autres sur l’homosexualité. Bien sûr Karl se questionne sur sa sexualité, mais sa peur principale est bel et bien le regard des autres. J’ai vraiment adoré que les scénaristes choisissent de ne jamais prendre des pincettes (pas « d’euphémisme » comme dirait Vlad) dans la manière d’aborder le sujet. Disons les choses telles qu’elles sont, chacun à le droit de prendre son temps pour s’accepter, ce n’est pas anormal d’aimer une personne du même sexe : telles sont les messages du drama. Gaya sa Pelikula est très ouvert et c’était vraiment le bienvenu dans l’univers des BL !

Les personnages

J’ai beaucoup aimé les différents personnages, qui ne sont jamais clichés et sont attachants à leur manière. Chacun a une histoire ce qui permet de vraiment les apprécier à leur juste valeur. La grande soeur Judith qui parait presque pénible au début et un peu ridicule reste très mature et représente un vrai soutient pour son frère. J’ai juste eu parfois du mal avec ses réactions digne d’une fan hardcore de BL (comme lorsqu’elle déclare « You gays give me life »). Anna est un petit coup de coeur, elle m’a fait beaucoup rire et j’aime la façon dont elle veut rester maîtresse de sa vie ! Un peu de féminisme ne fait jamais de mal. Elle n’abandonne jamais sa fille, qu’elle aime beaucoup, mais elle ne veut pas que sa vie soit réduite à son rôle de mère.

La romance prend son temps mais quand les personnages sont ensemble, ils sont simplement adorables. Il y a une alchimie si mignonne entre eux, leurs interactions sont très naturelles, jamais gênantes. On croit à leur amour.

Ce qu’il manquait un peu

Avec tout ça, vous vous demandez peut-être pourquoi la note n’est pas plus élevée ! J’ai d’abord eu un peu de mal à entrer dans le drama et à m’attacher au couple principal (du moins à les voir comme un couple). Ensuite, j’ai la sensation que la fin était un peu trop rapide, j’aurais aimé un épisode supplémentaire, pour voir ce qui allait se passer entre nos deux protagonistes. Enfin, sachez que je note durement donc ne vous fiez jamais trop à la note mais plutôt à l’avis XD.

Je voudrais revenir sur quelque chose qui m’a fait rire (et qui était assez étrange) : le mélange des langues. D’un coup ils parlaient en anglais, puis ensuite en philippin. Il y avait parfois des mots espagnols (je crois que leur langue a des bases d’Espagnol) mais ils leur arrivaient de dire des mots français ou thaïlandais voir coréen. C’était assez drôle.

4 réflexions au sujet de “[Ph-drama] — Gaya sa Pelikula, l’homosexualité sans euphémisme”

  1. Je me le gardais sous le coude comme premier drama philippin aussi et même s’il t’a manqué un petit quelque chose, ça m’a quand même donné envie de le découvrir et de lui donner une chance plus vite ! J’ai hâte de voir ça ! ☺️

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s