Avis dramas, Corée, Dramas

[K-drama] – Recherche du bonheur et du temps dans Thirty But Seventeen

Ma note : 15/20

Thirty But Seventeen était un drama qui m’attirait depuis quelque temps : je voulais découvrir davantage l’acteur principal, Yang Se Jong, que j’avais découvert en début d’année 2020 dans Romantic Doctor : Teacher Kim. Et puisque Lee Do Hyun, vu dans 18 Again, me manquait également, je n’avais pas à hésiter ! Enfin, le scénario m’avait l’air sympathique et j’avais bien envie d’une romance sans prise de tête en ce début d’année 2021. Autant dire que j’ai trouvé ce que je cherchais dans ce drama qui s’est révélé être un très agréable visionnage. Il a cependant manqué de certains éléments pour en faire un vrai coup de cœur et c’est un peu dommage car le potentiel est clairement là !

Thirty But Seventeen a été diffusé en 2018 et est l’oeuvre de la même scénariste que She Was Pretty. Woo Seo Ri (Shin Hye Sun) est une jeune adolescente de 17 ans qui a un grand avenir devant elle, puisqu’elle a été accepté dans une prestigieuse école de violon en Allemagne. Cependant, elle va être victime d’un accident de la route : dans le coma pendant 10 ans, elle se réveille à l’âge de 30 ans en croyant encore en avoir 17. Woo Seo Ri va tant bien que mal devoir s’intégrer dans un monde d’adulte qui lui est méconnu. Elle fera la rencontre de Gong Woo Jin (Yang Se Jong), un jeune homme renfermé sur lui-même suite à un traumatisme survenu dans on enfance, et du neveu de celui-ci, Yoo Chan (Ahn Hyo Seop), un lycéen qui fait de l’aviron. Tous vont se retrouver à vivre sous le même toit et vont apprendre à se connaître et à s’aider.

Avoir 30 ans à 17 ans

Bien qu’étant une comédie romantique, Thirty But Seventeen est loin d’être une rom-com classique bourrée de clichés. L’atmosphère est légère mais le drama aborde tout de même des sujets plus sensibles et sérieux.

Par le biais de l’héroïne, on nous offre une toute autre vision du monde dans lequel nous vivons. Woo Seo Ri qui a 17 ans dans sa tête n’est pas acceptée au début par tous ces adultes qui la voient comme une incompétente, notamment parce que son CV est vide. Mais notre vie se résume-t-elle à un bout de papier ? Même lorsque des adultes sont mis au courant de la situation de Seo Ri, ils utilisent son histoire à des fins peu louables. Notre héroïne, qui voit les choses différemment, avec un œil parfois plus naïf, se révèle être en réalité mature et courageuse. Elle n’abandonne jamais son rêve mais le refaçonne pour qu’il s’adapte à sa nouvelle condition. Seo Ri admet qu’elle ne pourra jamais revenir en arrière et se crée donc de nouveaux objectifs plus accessibles. Après cette année 2020, je trouve que ce que fait Seo Ri est ce que nous devons tous faire : ne pas renoncer à nos rêves mais les reconstruire d’une autre façon. Woo Seo Ri fait de la peine, elle a perdu 10 ans de sa vie, mais elle n’abandonne pas. Je l’admire vraiment.

Qu’en est-il de mes 18 ans ? Qu’en est-il de mes 20 ans ? Pourquoi ai-je dû soudainement devenir un adulte ? Je n’aime pas cela. Je ne veux pas avoir 30 ans.

Woo Seo Ri

J’ai eu un gros coup de coeur pour l’actrice Shin Hye Sun qui était vraiment pleine de naturelle, elle avait un charme à elle que j’ai adoré. On comprend parfaitement par son jeu que cette fille de 30 ans est en réalité une lycéenne forcée de grandir d’un coup. Pour Seo Ri, son cœur a 17 ans mais son corps en a 30. Pendant la quasi totalité du drama, elle s’adresse au héros en l’appelant « Monsieur », signe qu’elle n’arrive pas à se faire à l’idée qu’ils ont le même âge. J’ai simplement trouvé que Seo Ri s’était facilement remise du coma, je m’attendais à ce qu’elle ait davantage de séquelles physiques.

Le drama aborde le thème du traumatisme dont notre héros souffre. S’étant renfermé sur lui-même et culpabilisant en permanence, Gong Woo Jin (Yang Se Jong) va peu à peu s’ouvrir à nouveaux aux autres, grâce à Seo Ri mais aussi grâce à son neveu et Jennifer. Son évolution, à l’image de sa façon d’utiliser ses écouteurs, est clairement visible mais se fait en douceur. J’ai bien aimé le jeu de Yang Se Jong mais j’avais l’impression qu’il ne révélait pas toute l’étendu de son talent.

Thirty But Seventeen, sans être totalement lent, avait ses moments de creux. Tous les secrets et révélations ont eu lieu à la fin, dans les 4 derniers épisodes et j’ai été dérangé par cela. J’en voulais aux réalisateur de faire retarder les choses en permanence, alors qu’il y avait bien assez de révélations pour en parsemer tout au long de la série.

Quoiqu’il en soit, ce drama nous offre de belles leçon de vie, parfois simple à réaliser et auxquelles nous pouvons facilement nous identifier. Cette recherche du bonheur de chacun des héros ne peut que nous rendre heureux.

J’ai choisis l’option qui me rend la plus heureuse maintenant. Je n’ai pas abandonné, j’ai fait un choix.

Woo Seo Ri

Des personnages secondaires tous attachants

Ici, on s’attache à tous les personnages ! Personnellement j’ai adoré Jennifer, cette gouvernante presque robot mais tellement humaine. Jennifer (et l’actrice l’interprétant, Ye Ji Won) était tellement géniale, ses répliques (« Please call me Jennifer« ) ainsi que ses leçons de vie étaient tout aussi mémorables. Sans oublier sa classe, toujours habillée en noir et blanc (mais tout est dans le détail attention) et sa façon de faire la cuisine qui me rappelle les ninjas. Les scénaristes ont eu la bonne idée d’accorder à Jennifer une vraie histoire, avec un passé difficile, ce qui fait qu’on s’attache véritablement à elle. Je suis tellement heureuse de la femme qu’elle va devenir en se retrouvant.

Yoo Chan est lui aussi très attachant avec sa devise « Don’t think, feel! » (Bruce Lee). Amoureux de Seo Ri malgré leur onze ans d’écart, il va tout faire pour gagner les championnats et se confesser. Son objectif est de devenir adulte aussi rapidement que possible. C’était amusant de voir Yoo Chan et Seo Ri vouloir devenir adulte mais la différence est que Seo Ri est forcée de rattraper le temps perdu alors que Yoo Chan veut aller trop vite, plus vite que le temps. Chacun doit aller à son rythme, c’est aussi ce que le drama cherche à nous dire. En tout cas, je suis heureuse que le triangle amoureux n’affecte jamais la relation adorable qui existe entre Yoo Chan et son oncle Yoo Jin. Les deux tiennent vraiment l’un à l’autre.

Cette petite famille adorable 🙂

J’étais tellement heureuse de revoir Lee Do Hyun, même dans un tout petit rôle ! Ces deux amis de Yoo Chan, Dong Hae Beom (Lee Do Hyun) et Han Deok Soo (Jo Hyun Shik) sont tellement attachants et s’incrustent petit à petit dans la maison. Et le pire, c’est qu’on ne peut même pas leur en vouloir ! Et le chien, Deok Koo est tout mignon 🙂

Les collègues de travail de Woo Jin sont très sympathiques et sont développés, de même pour Kim Tae Rin qui a une belle évolution tout au long de l’histoire. Elle me faisait de la peine, c’est une personne gentille mais tellement sous pression qu’elle fait quelques coups bas à Seo Ri avant de se racheter totalement.

Une romance pure et légère à l’image des personnages

La romance est très mignonne et dégage une sorte d’atmosphère de pureté, cela aidé par une réalisation soignée, des couleurs pastels et un jeu d’acteur très naturel. Les sentiments des héros se développent doucement et leur comportement est fidèle à leur caractère. Les scènes romantiques ne sont pas les plus sulfureuses mais heureusement ! Seo Ri a encore du mal à se faire à son âge et Woo Jin ne veut pas la brusquer, d’autant plus que lui-même n’a jamais eu de relation. Mais (car il y a un mais) il m’a manqué quelque chose dans ce couple. Aussi pur et mignon soit-il, il me manquait une étincelle, une vraie alchimie que je n’ai pas trouvé. Je ne sais pas comment expliquer mais même si les scènes étaient belles, aucune ne reste vraiment gravée dans ma tête, aucune ne m’a vraiment faire ressentir de vraies émotions et j’étais un petit peu triste de cela.

Leurs sourires sont si précieux

Pour revenir sur le couple, j’ai apprécié leur manière de toujours communiquer. Ils s’excusent quand ils font quelque chose de mal, se remercient après s’être entraidé mais surtout ils n’hésitent pas à se faire part de leur sentiments (et pas seulement ceux romantiques, je parle de tous les sentiments), s’avouer leur craintes ou se déclarer leur amour (la confession était si naturelle !). De manière générale, tous les personnages de ce drama communiquent beaucoup et cela fait du bien. Lorsque les secrets sont révélés, les problèmes sont résolus rapidement, Seo Ri ne garde aucune rancune (c’est pourquoi j’aurais aimé que cela advienne plus tôt !). Bien sûr nous n’avons pas échappé à un cliché avec lequel j’ai personnellement du mal : les protagonistes se connaissaient (et s’aimaient) enfants. Le fait de se connaître est ici important pour le drama, mais c’est lorsqu’on voit les choses du point de vu de Seo Ri et qu’on comprend qu’elle aimait aussi Woo Jin que j’ai été un peu déçue. Ça m’énerve que les scénaristes persistent à vouloir créer un lien passé entre les personnages, dans le sens où le fait que Woo Jin aimait Seo Ri est largement suffisant pour moi. Après, cela ne m’a non plus trop agacé et cela ne tombait pas comme un cheveux sur la soupe, contrairement à d’autres dramas (Her Private Life).

Elle rend les choses spéciales même quand elles ne le sont pas. Je pense que c’est pour cela qu’elle est spéciale.

Gong Woo Jin

Pour finir, je voudrais ajouter que je n’ai pas de coup de cœur pour les OST mais les musiques étaient appréciables. J’ai beaucoup ris avec certains bruitage (comme le bruit de l’alarme dans les moments critiques ou gênants). La fin m’a plu, je ne vois pas ce qu’on pourrait demander de plus 😉


Images : 1, 3

3 réflexions au sujet de “[K-drama] – Recherche du bonheur et du temps dans Thirty But Seventeen”

  1. Je suis triste que tu ne l’aies pas aimé autant que moi, mais je suis quand même contente que tu l’aies apprécié malgré tout ! C’est certains que les acteurs peuvent nous toucher à différents niveaux, autant que les personnages. Yang Se Jong fait partie de mes acteurs préférés, il me touche en plein cœur à chaque fois, mais je peux comprendre ce que tu as ressenti ! ☺️

    Et puis concernant le fameux cliché, je peux aussi comprendre qu’il t’embête ! 😅 Mais alors c’est vraiment pas dans ce drama qu’il a pu me déranger, j’ai adoré moi ! 😍😂

    Aimé par 1 personne

    1. J’aurais voulu l’aimer autant que toi aussi, mais comme tu dis je l’ai apprécié donc c’est mieux que d’être totalement déçue hihi 😋 pour Yang Se Jong c’était vraiment bizarre, autant il jouait bien, autant il ne crevait pas autant l’écran que Woo do Hwan par exemple, mais je vais tenter d’autres dramas avec lui !! D’ailleurs si tu as vu d’autres de ces dramas, tu me conseillerai lequel ? 😊

      Hehe les clichés c’est un peu noir ou blanc mais ici ça passe effectivement mieux que dans d’autres drama (surtout que c’est le seul vrai cliché, le reste de l’histoire n’est pas cliché donc ça passait « mieux » 😂) !

      Aimé par 1 personne

      1. Pour le coup, il y a bien My Country avec Woo Do Hwan où leur bromance est vraiment chouette ! Mais je l’ai abandonné donc je ne peux pas t’en dire plus ! 😂

        Et autrement, il y a aussi Temperature of Love que j’avais mis sur pause pour je ne sais quelle raison, mais que j’avais bien apprécié quand même. Je pense le reprendre cette année ! 😁

        Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s