Avis dramas, Corée, Dramas

[K-drama] – The Uncanny Counter : des super-héros en survêtement

Ma note : 17/20

J’ai un très gros faible pour les shōnens. C’est pour cette raison que dès la lecture du résumé de The Uncanny Counter, aussi appelé Demon Catchers, j’ai été immédiatement alléché. Le synopsis m’a rappelé Ao No Exorcist et Noragami, deux shōnens que j’avais beaucoup aimé. The Uncanny Counter est un drama avec ses incohérences et qui respecte les codes du genre mais ça ne m’a pas du tout empêcher d’être impliquée dans cette histoire et d’en savourer chaque moment !

So Mun est un orphelin qui a perdu ses parents lors d’un accident de la route, à cause duquel il boite. Un jour, alors qu’il se promène avec ses deux amis, il se voit attribuer des pouvoirs permettant de chasser les démons. Il va faire la rencontre des counters, ces chasseurs de démons qui travaillent aussi dans un restaurant de nouilles, Chez Unni. Adopté par l’équipe, So Mun va être formé et travailler avec les counters pour chasser les démons en échange de pouvoir faire ses adieux à ses parents, dans l’au-delà. The Uncanny Counter (Demon Catchers sur Netflix ou Amazing Rumor) est adapté du webtoon du même nom par Jang Yi. Le drama a été diffusé entre 2020 et 2021.

Cet avis contient des spoilers.

Chasser les démons et la corruption

The Uncanny Counter est un drama adapté d’un webtoon, cela se ressent parfois mais jamais négativement. Pas une fois n’ai-je eu la sensation de visionner un sorte de live action de basse qualité. J’ai eu le sentiment que les scénaristes avaient vraiment fait du drama une oeuvre à part entière, un petit peu à la façon d’Alice in Borderland. Il est à noter qu’au tournant de l’épisode 12, les scénaristes ont changé. En effet, suite à un désaccord, Yeo Ji-na a quitté le drama pour être remplacé par le directeur, Yoo Seon-dong, pour l’épisode 13 puis par Kim Sae-bom pour les derniers épisodes. Personnellement, je n’ai pas ressenti de quelconque rupture dans l’histoire, bien que je regrette des épisodes finaux un peu trop évidents.

Globalement, l’histoire de The Uncanny Counter est très typique. So Mun est l’archétype de ce héros orphelin et embêté au lycée à cause de son handicape – il boîte – mais qui a bon coeur. Un jour, il se voit soudain doté de nouveaux pouvoirs, notamment une grande force physique, et il va apprendre qu’il est devenu un chasseur de démons, aussi appelé counter. Il va en profiter pour faire la leçon à ceux qui s’en prennent à ses amis au lycée. Bien évidemment, lui qui était le plus faible des quatre counters de l’histoire, va petit à petit devenir le plus fort. C’est un héros très doux, émotif, gentil (et mignon) qui va aussi avoir ses moments de gloire, pour ne pas dire badass (et vous rajoutez à tout ça une musique classe et un petit ralenti). Pour l’instant, rien de très original ! Pourtant, j’ai trouvé ce drama extrêmement divertissant malgré ses clichés du genre (et ça change un peu des clichés romantiques). Même si le suspense n’est pas insoutenable, on a toujours envie de connaître la suite, et il y a plein d’action et d’humour ! C’est surtout mon attachement pour les personnages qui a eu raison de moi : j’ai dévoré le drama.

So Mun protège ses amis

Tout est donc là pour en faire un drama sympathique. Certes l’histoire est plutôt prévisible, surtout lorsqu’on est habitué a ces scénarios très shōnen (comme moi), mais ça passe plutôt bien. Je dis « plutôt » parce que j’ai quelques déceptions par rapport à certains choix d’écriture. Premièrement, la fin du drama s’essouffle. Je n’ai ressenti aucun ennui mais il faut être honnête : cette histoire de grand méchant imbattable commençait à être particulièrement redondante. Evidemment, notre héros doit rater une, deux, voire trois fois avant de réussir à vaincre son ennemi, grâce à l’aide de ses coéquipiers. Car bien évidemment, nous n’échappons pas à quelques répliques très courantes dans les shōnen, accentuant sur l’esprit d’équipe et la confiance en ses amis, mais ça fait parti du jeu et cela me fait plus sourire que grimacer 🙂

Deuxièmement, j’ai trouvé dommage que très — trop — tôt, le drama se décide de se concentrer sur Ji Cheong Sin, le grand démon, et surtout sur toute l’affaire de corruption. Très peu sont les dramas dans lesquels la corruption n’est pas abordée, et si des fois elle à sa place dans l’histoire, je ne suis pas sûre qu’elle ai été si nécessaire dans The Uncanny Counter, drama avant tout fantastique. Je ne vais pas me prendre pour les membres de Yung et dire que les counters n’ont pas à se mêler des histoires des humains, mais je trouve ça dommage que l’idée principale du drama, c’est-à-dire chasser LES démons, passe un peu à la trappe. Encore, chasser le méchant démon oui, mais tous ses politiciens véreux je commence à m’en lasser. On a le sentiment qu’en faisant de Shin Myeong-hwi le grand méchant un peu au dernier moment, les scénaristes se rattrapent aux branches. J’aurais aimé voir nos counters chasser davantage de démons et moins la corruption. J’en profite pour faire une petite parenthèse : les trois démons de cette histoire, Ji Cheong Shin, Shin Myeong Hwi et Baek Hyang Hee ont été très bien interprété, leurs sourires étaient parfois effrayants. Ji Cheong Shin est intéressant, je suis heureuse qu’on lui ai donné un passé qui permet de mieux saisir la personnalité du personnage et les raisons de ces actes, aussi barbares soient-ils.

So Mun contre Cheong Shin

Mon troisième reproche concerne le personnage de Kim Jung Young (Choi Yoon Young). Je suis loin d’être ravie de ce qui va arriver au personnage, et je suis d’autant plus frustrée par le contexte dans lequel cela se passe ! A ce moment-là j’en ai vraiment voulu aux scénaristes. Alors que Mo-Tak vient de récupérer ses souvenirs, Jung Young est évincée de l’histoire en étant brutalement assassinée ? Non. Inacceptable pour moi et mon petit coeur, j’ai trouvé ça très injuste et je n’ai pas vu ce que cette mort apportait à l’histoire. C’était trop gratuit pour moi. Au contraire, celle de Oh Jong Gu, le counter venu de Singapour et interprété par Son Ho Jun (Go Back Couple, Reply 1994 : charmant caméo !) était déjà plus intéressante.

De manière générale, j’ai beaucoup aimé cet univers avec les démons. Les pouvoirs de chacun des héros, surtout physiques, sont assez intéressants. J’aurais aimé en savoir davantage, qu’est-ce qui fait la spécialité de chacun ? Pourquoi seule Chu peut guérir ? L’arsenal magique sorti vers la fin était peut-être un peu trop gros pour moi mais qu’importe. Même si on a l’impression que je ne fais que critiquer, je précise que j’ai beaucoup aimé 😉

Une équipe — famille — de counters ultra attachante

Que j’ai aimé notre équipe de counters ! Je me suis attachée à chacun d’entre eux, leur relation et chacune de leur interactions étaient un pur délice. Plus que pour l’histoire en générale, c’est mon affection pour nos héros qui m’a permise d’autant savourer le drama. Chacun des acteurs a délivré une superbe performance, j’ai très hâte de revoir Jo Byeong Gyu dans d’autres dramas ! C’est un acteur prometteur. Si je ne me trompe pas, il est en ce moment au coeur d’un scandal, accusé d’avoir harcelé des camarades lorsqu’il était au lycée. Il nie les rumeurs et j’espère qu’il ne sera pas trop affecté par tout ça. Ce déferlement de problèmes et de scandales dans la dramasphère n’est pas forcément très agréable 😅.

So Mun (Jo Byeong Gyu) est un héros que j’ai beaucoup aimé. Il est loin d’être parfait mais sa simplicité, son sourire et son courage ont vraiment fait fondre mon coeur. Comme le dit Mo Tak (Yoo Joon Sang), il va beaucoup mûrir au cours de l’histoire. Il s’attache très vite à tous les counters, et l’inverse est aussi vraie. Comment ne pas aimer So Mun ? Mais s’il y a une relation que j’ai adoré durant toute l’histoire et que je dois retenir, c’est celle entre So Mun et Mo Tak. Cette bromance à dimension presque paternelle était très bien menée et développée. La façon dont Mo Tak traite So Mun et le protège est juste adorable, et on sent que So Mun aime énormément Mo Tak. Les deux se taquinent et se soutiennent énormément, j’aime cette amitié. Si So Mun est officiellement la mascotte du drama, c’est Mo Tak qui se révèle être un des plus tendres parmi les counters. C’est mon chouchou du drama ! Son personnage m’a fait rire et m’a émue. Je l’ai vraiment adoré et je ne pensais pas du tout autant m’attacher à lui. Je lui souhaite tout le bonheur du monde, parce qu’il en voit vraiment de toutes les couleurs !

Mo Tak et So Mun découvrant sa force

Les deux femmes du groupes ne sont pas en reste ! Chu Mae Ok (Yeom Hye Ran), la figure maternelle, est simplement débordante de gentillesse. Tous l’aiment et la protègent. Dès le début, c’est elle qui va accueillir So Mun à bras ouvert, elle va le considérer comme son fils et ne le cache même pas. Tout le monde la soutient. Sa relation avec son alter égo sur Yung, qui est aussi son fils, était très touchante. J’ai eu peur qu’il lui arrive des problèmes car elle s’affaiblit tout au long de l’histoire…. D’un autre côté, bien plus jeune, nous avons Do Ha-na (Kim Se Jeong). C’est une jeune femme assez froide au début mais elle va aussi succomber à la présence de So Mun. J’ai l’impression qu’en plus d’un ami d’environ son âge, elle va aussi trouver en lui une personne qui comprend sa condition d’orpheline. Elle va s’ouvrir à lui et leur relation se consolide véritablement. So Mun a une sorte de crush sur Ha-na, surtout au début, mais la relation fraternelle qu’ils développent me convient fortement ! La romance n’était pas nécessaire, du moins pas dans cette saison. C’est dommage que l’alter égo de Ha-na soit peu mis en avant.

Chacun des counters à sa propre personnalité et on peut observer une vraie alchimie entre les acteurs. Dans les behind the scene, on peut aisément observer à quel point tous les acteurs semblent très bien s’entendre (même les « méchants »). Je n’oublie pas Choi Jang Mul, le cinquième counter à la retraite, qui fait office de porte-monnaie pour notre équipe. Il va parfois revenir sur le terrain pour les aider. Son amour pour Chu m’a fait rire. Nos counters forment une vraie famille et le déclarent fièrement eux-même. Et c’est tellement délicieux ❤ Nos (super) héros apportent plein d’humour et d’ondes positives au drama !

D’autres personnages comme les amis de So Mun ou ses grands parents étaient aussi très attachants. Souvent les amis « normaux » du héros au début finissent par être oubliés, délaissés. Ici, Mun ne laisse jamais tomber ses amis, les réalisateurs du drama non plus. Ils sont là jusqu’à la fin et ne sont pas montrés comme des personnages inutiles ou comme une partie du décors. Ce petit trio est lui aussi super mignon. Enfin, Shin Hyuk Woo, le fils du maire, est un personnage qui a une évolution assez logique — on pouvait s’attendre à ce qu’il se repentisse — mais j’ai bien aimé ce développement. On lui offre à lui aussi une histoire en montrant à quel point son père a été terrible avec lui. Comme d’habitude certains actes de parents ont des effets dévastateurs sur les enfants. Je me demande ce qu’il va advenir de lui.

Musique et réalisation

Même si le drama est fantastique, on nous offre de nombreuses scènes de combat à main nue, et rien ne pouvait me faire plus plaisir. Plus que de s’envoyer des attaques magiques à distance respectable, je préfère quand les personnages combattent au corps à corps. C’est pour cette raison que j’ai toujours eu un attachement prononcé pour Dragon Ball ou Naruto. Dans The Uncanny Counter, j’ai trouvé les scènes de combats plutôt bien chorégraphiées et filmées, bravo aux acteurs et aux cascadeurs ! Je déplore seulement une image parfois un peu trop sombre, j’avais toujours besoin d’augmenter d’un coup la luminosité de mon écran pour distinguer les personnages.

Au niveau des OST, je n’y ai même pas vraiment prêté attention. Après une écoute plus attentive post-drama, je dirais que mon OST favoris est celui chanté par Kim Se Jeong, également interprète de Do Ha-Na.


The Uncanny Counter ne fait pas un sans faute mais il m’a fait passer un excellent moment et c’est le plus important. Je ne regarde plus d’animes shōnens faute de temps, alors retrouver cette ambiance m’a beaucoup plu ! Bien que la fin soit parfaite pour moi, il est certain que si la saison 2 vraisemblablement certifiée, venait à pointer le bout de son nez, je serai au rendez-vous !

Source image : 2, 3, 4

2 réflexions au sujet de “[K-drama] – The Uncanny Counter : des super-héros en survêtement”

  1. Un drama hyper classique dans sa trame mais il est passé comme une lettre à la poste. Certes l’intrigue était très convenue mais je ne sais pas, l’alchimie de toute l’équipe fait que ça fonctionne.
    J’aime vraiment que tous les personnages soient mis en valeur. Ce n’est pas le drama de l’année mais une fois tous les ingrédients mis ensemble, ça fonctionne. Dynamique, réalisation, rythme, le big vilain envoûtant, l’action, l’humour. Bon, il est vraiment que j’ai regardé le dernier épisode en accélérer parce que les scènes tire-la-larme qui durent 3 ans ce n’est pas pour moi mais franchement, j’adhère à tout le reste. Hâte de voir la saison 2 !

    Aimé par 1 personne

    1. C’est tout à fait ça ! Rien d’original mais tellement divertissant 😃 sans les personnages super attachants je n’aurais pas autant aimé mais comme tu dis, chacun est mis en valeur et c’est super 😉

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s