Avis dramas, Corée, Dramas

[K-drama]— La dure réalité du service militaire coréen dans D.P.

Ma note : 16/20

D.P. est un drama qui m’attirait beaucoup pour son sujet encore très peu abordé dans les dramas coréens, ou seulement très brièvement : la brutale réalité du service militaire coréen. Par ailleurs, j’avais également envie de retrouver Jung Hae In (Prison Playbook, While You Were Sleeping), un acteur que j’apprécie et que je voulais voir dans un rôle différent.

Dans D.P. nous suivons Anh Jun Ho (Jung Hae In), un jeune homme effectuant son service militaire. Il va être recruté dans la section D.P. (Deserter Pursuit) chargée de retrouver les déserteurs. Il fera équipe avec Han Ho Yeol (Koo Kyo Wan), un soldat déjà habitué à ce travail.


Duo de choc pour arrêter les déserteurs

L’histoire tourne autour d’Ahn Jun Ho, un jeune homme à la vie déjà difficile qui va entamer son service militaire. Dès le début je me suis attachée à son personnage, peu bavard et discret mais également très droit sans être parfait. Le rôle de Jung Hae In m’a rappelé celui de Yoo Jung Woo dans Prison Playbook, en encore plus sombre. Jung Hae In est un très bon acteur, qui a su faire passer beaucoup d’émotions par ses expressions, notamment quand il tient tête à ses supérieurs ou quand il contient sa colère. Dans cette atmosphère très stricte où l’on ne peut parler que lorsqu’on nous donne la parole, j’ai trouvé Jung Hae In parfait ! Jun Ho évolue tout au long de l’histoire, se rebellant de plus en plus ouvertement contre le système. Mais je regrette tout de même que sa relation avec sa famille n’ait pas été très exploitée, cela m’intriguait beaucoup (et j’adore les relations familiales !).

L’autre membre du duo est Ho Yeol (Koo Kyo Hwan) qui nous est présenté dès le début comme un soldat loufoque et que j’ai adoré. Tous les deux me faisaient sourire et Ho Yeol est vraiment nécessaire à ce drama : il apporte la petite touche suffisante d’humour pour ne pas nous faire (trop) déprimer. J’ai trouvé que tous les deux travaillaient vraiment bien ensemble et ils sont très humains. Ils cherchent à comprendre les déserteurs mais aussi à se comprendre l’un et l’autre. Je pense à un des derniers épisodes, lorsque Ho Yeol prend une décision qui va à l’encontre de ses directives mais qui était dans le même temps très humaine. Nos deux héros développent une petite complicité que l’on pensait impossible dans ce milieu et c’est très chouette. Grâce à Ho Yeol, on pouvait voir Ahn Jun Ho se détendre et sourire, ça faisait vraiment du bien ! Je ne connaissais pas l’acteur Koo Kyo Kwan mais je le retiens car j’ai été touchée par son interprétation.

Notre trio avec de gauche à droite : Jun Ho, Bom Goo et Ho Yeol

Enfin, pour diriger ce duo, nous avions Park Bom Goo joué par le toujours très bon Kim Sung Kyun (Reply 1988, Reply 1994). Il est la seule figure rassurante de ce drama, une figure d’autorité certes, mais une figure humaine et de confiance sur qui nos deux héros peuvent se reposer. Il n’hésite pas non plus à défier des ordres afin d’assurer la sécurité de ces hommes et il ne prend pas la recherche des déserteurs à la légère, il est très compréhensif.

A travers les différentes enquêtes on nous présente différents profils de déserteurs, des plus dangereux à ceux simplement effrayés, de ceux qui fuient pour des raisons familiales à ceux qui fuient des abus de pouvoir violents. On nous montre une réalité qui n’est pas la plus facile à digérer mais qui ne m’a tristement pas surprise.

Peut-on changer le système ?

Le choix de s’intéresser à la section D.P. chargée de retrouver les déserteurs n’est pas anodin. De pencher sur ceux qui fuient le service militaire permet justement d’orienter le regard du spectateurs vers les raisons qui les poussent à fuir. Plus globalement, le drama permet de mettre en lumière les problèmes d’un système qui se révèle brutal, inégalitaire et abusif.

Je savais parfaitement à quoi m’attendre en commençant D.P. Si l’on compare Squid Game et D.P., deux récentes productions Netflix, je trouve D.P. bien plus terrible car il est l’illustration même des duretés du service militaire coréen. Pour revenir rapidement sur le service, il faut savoir que le cas de la Corée est très particulier. Officiellement, la Corée du Sud et la Corée du Nord sont toujours en guerre (un traité de paix n’a pas été signé à l’issue de la guerre de Corée survenue entre 1950 et 1953). Ainsi, le service militaire est une affaire extrêmement sérieuse pour les sud-coréens et le gouvernement : hors de question de rire de cela. Tous les hommes valides coréens de 20 à 30 ans doivent effectuer 18 mois de service militaire obligatoire, sous peine de graves sanctions. On retient le cas de la star Yoo Seung Joon banni du territoire coréen pour avoir évité le service militaire. Il semblerait que sa situation puisse changer après des années.

Tout système extrêmement hiérarchisé entraîne nécessairement des abus de pouvoir, qui ne sont malheureusement pas inventés spécialement pour l’histoire. C’est une réalité. Les actes intolérables commis par les supérieurs hiérarchiques et mis en avant dans ce drama sont à vomir. Une citation dans le dernier épisode m’a beaucoup marqué. Lorsqu’une victime demande à son bourreau les raisons pour lesquels il l’a harcelé pendant tout ce temps, le bourreau répond « Je l’ai fait parce que c’était normal ». Le mot « normal » a véritablement résonné en moi mais il ne m’a pas étonné. On retrouve la même chose dans les systèmes de bizutage intense, comme en Thaïlande avec le système SOTUS (influencé justement le fait que la Thaïlande est une société militaire). Les bourreaux agissent ainsi comme sans réfléchir, comme si donner du pouvoir à une personne ne pouvait qu’expliquer les dérives et les actes commis ensuite. Comme si un accord tacite était passé, et que même les victimes pouvaient devenir des bourreaux, au fur et à mesure de leur progression en grade.

Je dois avouer que tous les acteurs, ceux interprétants les victimes ou les agresseurs, étaient incroyables. Je pense même au caméo de Go Kyung Pyo qui m’a choqué, tant son personnage était immoral. Ou est passé l’adorable Sung Sun Woo ?

Le dernier épisode sonne comme une question, que nous, spectateurs, devons tenter de répondre. Peut-on changer le système du service militaire ? Peut-on faire évoluer une institution restée inchangée depuis des années ? La fin très ouverte du drama nous fait réfléchir. Personnellement, j’ai d’abord cru qu’Ahn Jun Ho allait déserter mais j’ai pu lire des théories expliquant que sa décision de partir dans la direction opposé n’est peut-être que le reflet d’un futur changement du système. Je préfère cette interprétation de la fin qui donne plus d’espoir. Le dernier épisode est un véritable électrochoc, c’était à la fois terrible mais aussi très puissant.

Je pense que l’évolution des personnages et certaines de leurs décisions montrent que les changements peuvent être possibles, à condition de se battre pour les avoir. Cela sera dur et jamais rien ne sera parfait, mais s’il l’on pouvait au moins obtenir justice pour ceux harcelés et maltraités, ce serait déjà beaucoup. Je suis peut-être trop utopiste.

Un petit mot sur la réalisation maintenant. Je dois d’abord avouer que j’ai eu un vrai coup de cœur pour certaines affiches et certains plans qui étaient vraiment magnifiques. Mais d’un autre côté, il y avait des effets de « flou » et des jeux de lumières parfois assez étranges et dérangeants. Du coup, je ne sais quoi penser…😂

Le nouveau drama original de Netflix « D.P. » débarque ce mois-ci ⋆ News  K-Sélection
CETTE AFFICHE LÀ !!

D.P. est donc un bon drama qui aborde des thèmes difficiles mais que j’ai beaucoup apprécié. Je n’avais pas l’impression de voir de la violence gratuite mais âmes sensible s’abstenir tout de même !

5 réflexions au sujet de “[K-drama]— La dure réalité du service militaire coréen dans D.P.”

  1. Je suis contente qu’on ait enfin un drama abordant pleinement le sujet! Sur twitter puis en vérifiant sur internet, j’ai vu que la série (et même avant sa sortie) avait non seulement permis de dénoncer les horreurs de l’armée mais aussi contribuer à faire bouger les choses. https://www.reuters.com/business/media-telecom/popular-netflix-series-sparks-new-debate-over-skoreas-military-conscription-2021-09-14/
    Ça va prendre encore du temps pour que ce soit safe mais ça avance petit à petit 🙂

    Je suis contente d’avoir lu ton point de vue, tu as bien argumenté et j’ai ressenti l’ambiance du drama.
    Je n’ai vu que les deux premier épisodes, je le reprends très vite 🌟 Merci 🌞

    Aimé par 2 personnes

    1. Moi aussi, je suis d’accord avec toi ! C’est vraiment bien que le drama permette de faire bouger un peu les choses, même si ça mettra du temps, ça me rassure, tout n’est pas perdu. L’article était super intéressant merci ! C’est important ce genre de série pour montrer au public la réalité du service militaire (ce n’est pas juste « oh mon idole préférée est super classe en uniforme »), c’est bien d’avoir conscience de ce qui se passe.

      Merci 🙂 Bon visionnage du coup 😄

      Aimé par 1 personne

  2. Je me retrouve bien dans ton avis ! Certaines scènes étaient très dures, mais ils ont quand même proposés beaucoup d’humour et de légèreté, c’était tout aussi important. (Et j’étais aussi choquée par le rôle de Go Kyung Pyo, j’ai de suite pensé à toi d’ailleurs ! 😄)

    En tout cas, j’espère vraiment que ce système pourra évoluer à l’avenir et protéger ceux qui doivent servir leur pays, même seulement pour quelques mois ! ☹️

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s